SAPPHIRE NOW 2018 - Ce que vous devez savoir

Français

Du 5 au 7 juin 2018 a eu lieu le "SAPPHIRENOW2018" à Orlando en Floride. Il s’agit d’un événement majeur dans le microcosme SAP. Cet événement annuel est d’abord un événement marketing majeur, utilisé par SAP pour faire de grandes annonces sur ses produits et communiquer sa vision du marché. Il s’agit d’un salon XXL ou les slogans accrocheurs ne sont pas rares.

Mais, ce salon est également la convention annuelle de l'ASUG, l'équivalent anglophone de l'USF où les clients viennent témoigner de leur expérience sur la mise en oeuvre des produits SAP. C’est donc un salon de référence pour les partenaires SAP qui viennent présenter leurs nouvelles solutions sur des stands toujours plus incroyables.

Enfin, ce salon est l’endroit idéal pour trouver des solutions à vos problèmes SAP, trouver les bonnes personnes qui pourront vous informer et faire du « networking ». A mon sens, c’est la force de ce salon, vous pouvez en 3 jours rencontrés des « Products Manager SAP », des commerciaux, des spécialistes, des partenaires ou d’autres clients SAP.

Les nouveautés

Cette année, Il y a eu deux grandes annonces : SAP C/4HANA & The Intelligent Enterprise. Je ne vous cache pas que l’annonce du nouveau SAP C/4HANA, dans la keynote du premier jour, par Bill Mc Dermott, le PDG de SAP ne m’a pas fait une grande impression. SAP disposait de plusieurs CRM Cloud : Hybris, C4C, Gigya, … et les regrouper sous un nom commun ne me semblait pas une révolution. Un peu comme l’annonce de SAP Leonardo qui regroupait sous un nom commun les solutions existantes (HANA, Machine Learning (ML), Blockchain et IOT). Cela me semble plus proche d’une annonce Marketing afin de faciliter les ventes et de proposer pour le CRM, une approche modulaire bien connue des clients ERP.

Ce n’est que le second jour avec la keynote d’Hasso Plattner, fondateur de SAP et Président du conseil de surveillance, que j’ai commencé à comprendre la vision de SAP. Au-delà, d’une nouvelle solution CRM ou d’un ERP, SAP veut proposer une solution globale qui tire partie de toutes les nouvelles technologies, du cloud, du Big Data, des Machines Learning, du Blockchain ou autres et qui soit complètement intégrée. Cela signifie que toutes ces applications ne doivent pas seulement échanger des données mais doivent partager les données..

C’est une distinction subtile mais qui a son importance. La vision n’est donc pas de proposer un cloud composé d’applications interconnectées mais une seule application avec différents modules avec un stockage unique. Cela signifie que SAP va devoir revoir le modèle de données, les programmes pour normaliser et standardiser les données. Ainsi, SAP a avoué que SAP C/4HANA était le plus gros développement de l’histoire SAP. Les bénéfices attendus sont, par exemple, de pouvoir piloter la « Supply Chain » depuis l’interface Client.

Cela signifie également que SAP va fortement investir sur le « Frontend » client afin d’améliorer ce point, souvent reconnu comme une faiblesse des solutions SAP. Evidemment, la vision de SAP ne s’arrête pas là. Le terme « Intelligent Enterprise » fait fortement appel aux Machines Learning. Même si beaucoup de solution restent à inventer, SAP estime que 50% des actions utilisateurs SAP peuvent être automatisées et ceci dans un délai inférieur à 3 ans. SAP a d’ailleurs mis en avant une nouvelle machine intégrée disponible dans la version 1805 cloud et qui sera disponible dans la version « On Premise 1809 » : le rapprochement entre les entrées marchandises et les factures fournisseurs.

Il est donc logique que la Roadmap Machine Learning SAP soit impressionnante.

Hasso Plattner a également reconnu qu’il fallait éviter de répéter les erreurs du passé. Il est indéniable que les développements spécifiques complexifient la maintenance et ralentissent l’innovation. Il faut donc isoler les développements spécifiques sur une plateforme dédiée. SAP envisage donc une solution avec des extensions et des spécifiques développés sur la plateforme SAP Cloud Platform (SCP) tandis que les applications SAP C/4HANA ou S/4HANA ne seront pas modifiées par les clients. C’est le concept « No Touch Application ». Evidemment, pour fonctionner SCP devra pouvoir s’interfacer via des API, des micro-services ou fournir des services de Machines Learning ou de blockchain. Pour convaincre que c’est la seule voie possible, SAP a indiqué avoir réalisé plus de 720 upgrades en un an sur ses applications. Hasso Plattner a également annoncé un changement dans la gestion des licences de SCP qui allait basculer vers un seul contrat base sur la consommation. L’idée est que les clients ne limitent pas l’utilisation de la plateforme à certains moteurs en raison de leur licence. Comme la plateforme est appelée à fortement se développer avec des nouveaux moteurs, de nouvelles Api et des nouveaux cas d’utilisation, il est complexe de fixer un prix juste aujourd’hui pour des solutions qui seront développées demain. C’est également une tendance générale que propose SAP que l’on peut retrouver notamment dans la gestion des licences indirectes ou dans le nouveau modèle de licence optionnel de l’ERP. Beaucoup de commissions à l’ASUG et à l’USF étudient ce nouveau pricing pour en faire émerger les bénéfices et les inconvénients.

L’orientation « Cloud First » est clairement en train de s’accentuer. Afin de rassurer les sceptiques du Cloud, SAP propose d’une par de diversifier les partenaires pouvant supporter le Cloud SAP et a, d’autre part, annoncé que la plateforme SCP sera disponible sur un cloud privé via une solution développée en collaboration avec IBM.

Au-delà des keynotes, le Sapphire est renommé pour ses nombreux ateliers. Pour ma part, j’ai collecté des informations sur la blockchain, ses critères d’utilisation et les cas de mises en oeuvre concret dans le monde SAP. C’est certainement un axe de développement fort de SAP pour les prochaines années avec des bénéfices très importants à la clé. J’ai également suivi les « Roadmap » S/4HANA, HANA, S/4HANA Finance, SAP HANA Smart Data Integration et SAP Lumira. J’ai discuté avec quelques Product Manager SAP. J’ai assisté aux retours d’expérience d’utilisateur sur la mise en oeuvre de S/4HANA dont une, de Johnsonville, qui ont eu une approche particulièrement intéressante. Ils ont choisi de convertir leur système R/3 en S/4HANA et d’avoir une approche extrêmement technique. La migration devait se dérouler sans impact pour les métiers avec des apports limités (pas de fiori). L’objectif était de mettre à jour le socle technique avant de proposer des évolutions à leur métiers. Certainement une solution à aborder la commission S/4HANA de l’USF.

Pour finir, j’ai discuté avec de nombreux partenaires présents à l’évènement. On peut retenir de nouvelles solutions pour baisser le prix des instances HANA, des propositions autour des nouvelles règlementation RGPD ou IFRS et des solutions d’optimisation des systèmes SAP ou pour faciliter la migration vers S/4HANA. Comme vous pouvez le voir, il s’agit d’un événement extrêmement riche avec comme toujours beaucoup d’informations, un indispensable, si vous pensez effectuer des évolutions importantes sur votre paysage SAP. La délégation Française y est régulièrement présente. Elle comptait dans ses rangs, cette année, près de 50 entreprises.